Mélange des genres

7 Mai

Le client m’interpella comme à son habitude, à coup de bras tendus vers le ciel plafond, d’un regard en coin malicieux et d’un tonitruant « Salou mo nami ! » J’ai levé la tête de mes feuilles et je l’ai vu en train de gesticuler en face de ma collègue Sophie.

Aussitôt, grand sourire du vieillard.

Je me suis levé et je suis allé à sa rencontre, derrière le comptoir du magasin. Main tendue, il m’accueilli avec une histoire bien entendu. Ce client avait toujours plein d’histoires à raconter, mais cette fois il s’agissait de « travail » et d’un petit pépin qu’il avait eu avec une commande précédente.

Ayant réglé ça en deux secondes et demi, le client détacha ses yeux des miens et visa le badge que j’avais sur la poitrine. Il y lu mon prénom mais échoua sur mon patronyme après avoir essayé deux ou trois fois de le pronconcer correctement.

— Allemand ? m’interrogea-t-il .

Je gardais mes yeux dans les siens.

— Presque, répondis-je.

Le vieil homme était d’origine Chilienne, un pays qu’il avait quitté dans la force de l’âge, par amour pour une beauté Canadienne… Il parlait huit langues, dont l’allemand, pour en avoir fréquenté quelques-uns étant petit.

— Sprechen sie Deutsch ? me demanda-t-il.

— Ah non, pas du tout, lui expliquai-je. J’ai toujours vécu en France, né de parents français. C’est un ancêtre éloigné qui a immigré. En fait mon nom est Suisse-Allemand, mais mon ancêtre était Autrichien. Beau mélange, hein ?

Le vieux me regarda fixement puis éclata de rire en faisant un signe obsène du bassin.

— Rhaaaa ça, les mélanges, je connais mo nami ! Haha !

Et caetera.

Il y avait au Chili plusieurs communautés d’immigrants d’Europe de l’Est : des Croates, des Serbes, des Monténégr…. je sais pas quoi, des Macédoniens… des allemands. Il avait grandi parmi eux étant lui-même fils d’immigré de la première heure. Les Allemands, il les connaissait bien, du moins ceux du Chili. Honnêtes, disciplinés, des gens biens ! Des immigrés de la première guerre mondiale… Un beau peuple, un peuple fort, d’ailleurs les américains n’auraient qu’à bien se tenir s’ils devaient faire la guerre à ceux-là. Ou aux Serbes. Ou aux Croates. Ha !

Bref.

Aujourd’hui, je suis devenu un peu plus ami avec ce vieux monsieur Chilien parce que j’ai un nom de famille à consonance germanique.

Vive le mélange.

-Cc

%d blogueurs aiment cette page :