Orientation sexuelle ?

13 Oct

Tu as vu, le monde occidental moderne est hypersexualisé. Les filles vendent des casseroles en maillot de bain depuis 60 ans et les mecs, taillés comme des Schwarzenegger de pacotille, vantent les mérites de l’épilation. Les images sexualisées sont partout sur les murs et les écrans, les discussions à propos du sexe envahissent les cours d’école primaire :  le sexe est partout, tout le temps.

Note que je n’ai rien contre le sexe, c’est juste que pour moi il n’a qu’une importance secondaire parmi mes priorités de vie  ^^ Or comme avec le sexe vient sa propre détermination individuelle (eh oui, il faut bien raconter nos exploits au boulot le lendemain matin !), on se retrouve rapidement à partir à la pêche à l’identité par le jeu des oppositions avec nos fréquentations quotidiennes.

Je parie que t’as rien compris à cette phrase !

Moi non plus, je te rassure…

Petite mise en situation :

— Hey salut George, dit Robert tout sourire. Alors ta baise hier soir ? Cool ? (sisi, certains mecs parlent comme ça entre eux)

— Ouais super, la nana était vachement bonne. Tiens et toi Paul, t’es sorti ?

— Oui, répondit Paul. On s’est tapé un bon petit trip avec Robert.

— Haha je vois, rigole George en matant Robert et Paul d’un air de connivence tandis qu’Alexandre faisait irruption dans le bureau.

— Coucou les amis, lance Alexandre.

— Bonjour chef ! ironisent George, Paul et Robert. Toujours marié avec la veuve poignet hein ?!

— Très drôle, merci, chuchote Alexandre visiblement plus intéressé par sa tasse de café que par les blagues de cul habituelles du matin au bureau.

Chacun d’entre-nous a une orientation sexuelle. Dans l’exemple ci-dessus on peut voir un hétérosexuel, deux homosexuels et un asexuel. Remis dans le contexte, le monde hypersexualisé d’aujourd’hui, on peut se demander comment se matérialise cette « orientation », comment elle apparaît et comment elle peut évoluer, si apparition et évolution sont possibles, probables ou même souhaitables. Mais je ne vais pas faire ici d’étude à ce sujet, d’autres le font déjà bien mieux que moi.

Néanmoins, après avoir déjà pas mal avancé et expérimenté diverses choses, le sujet m’interpelle aujourd’hui.

Prenons l’exemple de l’homosexualité. Admettons que je sois « gay » et que je sois joueur de MMO (ça te dit quelque-chose ? ^^). Comment vais-je me sentir sur TS pendant un raid/donjon lorsque j’entends souvent mes coéquipiers se traiter de « pédé » dès qu’un problème survient ? Je suis déjà outré lorsque j’entends ça moi-même, alors je n’ose pas imaginer la réaction d’un « vrai » gay. Est-ce « normal » d’utiliser son orientation sexuelle dominante pour pérorer ? Pour moi, traiter de pédé une autre personne c’est exactement pareil que la traiter de nègre, youpin ou raton (ou « frog » comme cela arrive parfois chez moi en Amérique du nord). C’est une insulte, un manque de respect flagrant et l’amorce d’une banalisation de la discrimination.

Mais je m’égare, c’est un autre sujet : je parlais d’évolution…

J’ai constaté, à travers mes différences expériences de vie, sexuelles ou pas, que notre « attirance » pouvait largement varier au fil du temps. Je ne parle pas de sexe mais bien d’attirance sentimentale. Il convient donc de dissocier attirance sexuelle de l’attirance sentimentale, émotionnelle peut-être, ou intellectuelle. Le fait étant que l’attirance étant multiple elle s’applique alors à des réalités riches et variées. Ma question est donc : cela concerne-t-il tout le monde ? Est-ce que cela te concerne, toi ? Une chose est sûre, cela me concerne, moi.  Hé oui, c’est mon coming out today ! ^^ Non je rigole. N’empêche, j’ai remarqué, bien malgré moi note-le, que j’ai récemment été saisi d’attirance sentimentale pour des gens avec lesquels cela n’aurait pas dû arriver si les choses étaient claires pour tout le monde tout le temps.

J’ai été marié, j’ai des enfants, mon orientation sexuelle est identifiée depuis longtemps. Oui, mais…

D’abord, j’ai été très attiré par une nana alors que j’étais marié avec une autre. Classique tu me diras, rien de nouveau là-dedans. Peut-être, sauf que cela m’a appris sur moi-même que j’étais capable, sans le vouloir par ailleurs, d’aimer deux personnes à la fois. Ou trois… Oui, même trois en fait. Bon, quatre, mais pas tous en même temps… Cela a même un nom, c’est du « polyamour » et c’est à la mode en ce moment à la TV.

Ben oui, c’est bien, mais y’a un hic.

Ou deux.

La fille qui m’a attiré pendant mon mariage, je suis toujours raide dingue d’elle alors que je ne la fréquente plus depuis plusieurs années et qu’elle ne m’adresse même plus la parole. C’est pas un amour torride et incontrôlable, forcément, plutôt une sorte de sentiments très forts, quasi-sanguins, presque « familiaux » ou « claniques », difficile à dire. Je n’ai aucune attirance sexuelle pour elle, je ne ferais certainement pas ma vie avec cette fille et je n’aimerais pas habiter avec elle non plus (et puis elle fume, c’est prohibitif pour moi). Cependant, elle est entrée un jour dans ma vie, elle m’a fait grandir, évoluer, comprendre des choses, elle m’a immensément bousculé et a déclenché en moi un changement irrémédiable. Je l’aimerai toujours. Je veux l’aimer toujours, à sa façon, comme une amie intense, et ça me regarde, et elle n’en sait rien et j’en ai rien à foutre. À moi, ça me fait du bien ^^

L’autre « hic », c’est que j’ai rencontré un garçon. Nous avons partagé du temps ensemble, fais des activités ensemble et une belle amitié en est née. Oui, sauf que je l’aime. Je pourrais ajouter « bien » comme c’est souvent le cas quand on dit qu’on aime quelqu’un pour dissocier le fait qu’on l’aime (bien donc) mais qu’on est pas amoureux, sauf que dans ce cas-ci j’en suis venu à associer cette « amitié » pour un garçon à des sentiments profonds, à une reconnaissance et à une admiration importante. Je ne suis pas « amoureux » de lui, mais peut-on vraiment dissocier les sentiments ainsi ? Je me souviens d’une époque où l’on me disait que j’étais un peu perdu, que je ne savais pas faire la différence entre amour et amitié, que j’avais un problème psychologique, que j’étais perturbé, ou pire encore, malade de la tête… parce que j’aimais, sans distinction, sans définition, sans opposition. Les enfants, les chats, le chocolat et la tour eiffel, les garçons, les filles et le beau temps.

Suis-je perdu ? Non, je n’aime pas tout le monde, faut pas rêver, je dirais même que je suis très sélectif. Suis-je un homosexuel refoulé ? Non, je n’ai jamais éprouvé d’attirance pour un garçon, ni sexuelle, ni sentimentale. Sauf pour CE garçon précis et c’est la première fois en quarante ans. Je dirais même que m’imaginer au lit avec un autre homme aurait tendance à me repousser ^^

Alors quoi ?

Alors je suis en train d’apprendre l’universalité de l’amour, et toi aussi j’espère. Je dis « amour », je ne parle pas d’un amour idéalisé, fatal, transcendant et absolu. Peut-être quelque-chose plus proche de l’amour de « mon prochain », quel qu’il-elle soit. Sans sexe.

Comment alors parler d’orientation sexuelle si le sexe est absent de la notion dont je parle ?

Et d’abord, comment aborder l’amour, le sentiment d’amour, l’émotion d’amour, pour quelqu’un, avec le sexe comme composante ? Quelle est la place du sexe dans la relation amoureuse que la plupart des gens entretiennent de façon mécanique, classique et traditionnelle, y compris dans les relations alternatives que sont les amours homosexuels, bisexuels, les polyamours ? En d’autres termes… situé dans une relation « fixe », à quoi sert le sexe ? Est-il « nécessaire » ? Utile ? Obligatoire ?

Pas question ici de remettre en cause le « plaisir » mécanique et sensuel de la relation sexuelle, je veux juste la mettre en cause dans le cadre de la relation amoureuse.

À suivre ^^

Peut-être…

-Cc

2 Réponses to “Orientation sexuelle ?”

  1. Mano 27 octobre 2012 à 7 h 56 min #

    Ou la la mais dans quoi tu t’embarques là…?

    Il y a des tonnes de litérature sur le sujet, je me souviens avoir lu un livre, il y a longtemps, qui traitait de l’amour/amitié sous l’angle anthropologique, au moment où moi-même je me demandais si je pouvais être simplement ami avec une fille avec qui j’avais couché peu de temps auparavant…

    Bon pour moi c’est plus simple que pour toi, je n’ai jamais eu d’attirance ne serait-ce que sentimentale pour un homme, il m’est difficile de juger donc et puis ça me facilité la vie dans une certaine mesure.

  2. garikover 7 novembre 2012 à 20 h 13 min #

    Article étrange, mais vrai. Et étrangement je me retrouve dans les blagues vaseuses des collègues, moi qui suis très discret à ce sujet.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :