Archive | Commérage RSS feed for this section

Et c’est reparti !

21 Nov

Je viens de migrer mon druide tank afin de rejoindre une guilde de raid sur Chants Éternels. Je n’y ai pas, encore, une place assurée pour chaque sortie de raid, 3 fois par semaine, mais au moins une chance d’accéder au contenu high-end de temps en temps. Et c’est déjà vachement au-dessus des espoirs que j’avas en revenant sur World of Warcraft.

A côté de ça je pensais faire des petits streams de temps à autre, mais je n’arrive pas a envoyer de la vidéo HD sur Twitch. Bizarre. Je mettrai le lien de ma page twitch bientôt 😉

Allez zou !

Publicités

The First Ten Seconds: Introduction

21 Nov

Toujours d’actualité, un must read.

Achtung Panzercow

The title of this series is « The First Ten Seconds. »  It’s not relationship advice for meeting that certain someone across a crowded room…unless you’re trying to beckon that certain someone over so you can kill her and loot 91 silver off her corpse.  No, it’s based on a maxim about tanking that I just made up a while back, and it goes like this:

As go the first ten seconds, so goes the entire fight.

It’s a little saying that I’d completely forgotten during the later part of Wrath of the Lich King, especially when doing heroics.  WotLK heroics had turned into a complete joke in high-end raid gear, of course, and all of us were just bull-rushing our way through them like our asses were on fire, in the pursuit of the Holy Badgers of Whatever.  Then Cataclysm hit, and suddenly, heroics became, well, heroic again.  They…

View original post 1 533 mots de plus

La fin d’un monde, l’arrivée d’un nouveau

12 Oct

patch preextension 6.0.2 15 octobre 2014

Dire qu’un retour ingame après deux ans d’absence n’est pas chose aisée est une évidence. Mais dire qu’on prend un malin plaisir à replonger dans des pratiques qu’on avait oubliées l’est moins ! Pas facile non plus de retrouver mon personnage favori.

Pour ma part, je me demande si je ne vais pas momentanément délaisser mon druide — connement sésamé au niveau 90 — pour plutôt me concentrer sur mes Paladins et Chamans, fraîchement rapatriés de EU_Kirin-tor et EU_Medivh vers mon nouveau serveur EU_Confrérie du Thorium (oh la vache, ce qu’il est calme ce serveur !)

Je vais te dire un truc, tu le gardes pour toi hein ? Mon Paladin était niveau 85 quand je l’ai repris et il devait parcourir la Pandarie au complet. Hier après-midi il a atteint le niveau 90 juste avant d’entrer au Val de l’Éternel Printemps (oui, j’ai fait *toutes* les quêtes des 3 zones qui précèdent). Eh bien Devine quoi ?

J’ai aimé ça *soupir*

Bon, retrouver le personnage, retrouver le theorycrafting du Paladin, retrouver le tanking, retrouver mes anciens addons… autant de trucs qui m’ont occupés une bonne quinzaine d’heure cette semaine avant de réellement progresser dans l’extension. Mais découvrir que la Pandarie, tous comptes faits, il y a des choses sympa à en dire est une de ces surprises un peu honteuses qu’on aimerait dissimuler mais qui sont invariablement aussi visibles que le nez au milieu du visage.

DOH !

Pour autant je ne pense pas parler beaucoup de Pandarie dans les jours qui viennent. La prochaine extension arrive dans un petit mois, le patch de pré-extension 6.0.2 arrive dans moins d’une semaine (15 octobre) si bien qu’on peut déjà se mettre dans l’optique de Warlords of Draenor, oublier les Pandas et déjà penser à ramener de l’info d’optimisation de la Beta prolongée. À l’instar de ce que j’écrivais par le passé ici même, je compte ramener des guides d’optimisation de classe testés (Paladin, Chaman, Druide — Moine ?), des guides de Hauts-Faits, des guides de montures ainsi que des commérages plus ou moins pertinents !

Ou alors je vais rapidement me lasser de World of Warcraft à nouveau et repartir sur Diablo 3, X-Com : Ennemy Within ou ce bon vieux Age of Empire 2 qui me tient dans son escarcelle depuis si longtemps ^^ Ni vu, ni connu.

Des bises ! Et bon jeu.

-Cc

Un retour maladroit

3 Oct

pandaren_concept

Pas facile de reprendre ses aises lorsque tu rejoues à un jeu abandonné 2 ans plus tôt. L’interface a changé, le gameplay a changé, tous les vieux personnages réapparaissent avec des dizaines d’icônes qu’il est devenu difficile d’identifier dans les barres d’action. Tu ne reconnais rien, tu ne sais plus rien faire et tu te mélanges avec ce que tu crois te souvenir.

Cool.

Lire la suite

Les Seigneurs de guerre m’appellent !

1 Oct

wow_wod_mini

Tu sais ce que c’est, tu débites des grandes phrases définitives sous le coup des émotions et quelques temps plus tard tu les regrette et fais marche arrière. Tu me connais, je suis comme ça.

Lire la suite

Des volontaires pour Diablo 3

5 Juin

Salut salut!

De retour sur Diablo 3, je recherche des volontaires pour partager quelques aventures avec moi. Il s’agirait de jouer ensemble pour des runs,  pour des Bounties ou même tout simplement pour progresser ensemble.

Je suis ouvert aux propositions mais je dois préciser une chose: j’ai une structure et un TS derrière moi, je ne cherche pas à rejoindre une nouvelle guilde. Au contraire,  si des volontaires se présentent ils pourront à leur propre demande nous rejoindre (nous ne sommes pas présents sur D3, je suis le premier) s’ils le désirent.

i-want-you-bill-murray

Oh, joueurs de nuit et de week-end appréciés aussi 😀

Bon jeu!

 

 

 

 

Mouton vogue

7 Oct

20131007_Mouton vogue

Non, non, Mouton, je ne parle pas de toi, vieil ami qui tel l’étoile de David (héhé) me montrât en son temps le chemin des blogs et des littératures superfétatoires. Non, non, oui, je sais, j’en rajoute, mais que veux-tu, lecteur-e (j’insiste parce que lectrice ça irait mal dans la phrase, et puis comme il y a des auteur-e-s…) je suis de bonne humeur : aujourd’hui, cet après-midi, j’ai reçu un cadeau qui m’a vraiment, vraiment, fait plaisir.

Imagine la scène, lecteur-e : tandis que je réglais une situation de travail avec une cliente, dans mon magasin, enfin… celui qui m’emploie pour être plus clair, un autre client survient, s’approche, passe sur le côté de ma cliente et me fixe dans les yeux. Puis d’un air détourné, l’air de rien, sans air, il me glisse un sac de plastique entre les mains et s’excuse de n’être pas venu plus tôt me porter son cadeau en remerciement de mes services passés.

Et comme il est venu, il disparaît, me laissant sans voix face à ma cliente un peu exaspérée de s’être fait un peu reléguer au second plan. Une cliente qui d’ailleurs commençait à penser qu’elle avait mis les pieds dans un guet-apens organisé par ma direction afin de minimiser son impact, à elle. Évidemment, ce n’était pas le cas, mais elle l’a pensé, elle, l’infâme qui avait décidé de passer ses nerfs sur moi en ce beau lundi d’automne.

Dans mon dos, mon chef.

Attendu que le règlement du magasin stipule que nous ne devons pas accepter les pourboires et que nous devons plutôt soumettre les « cadeaux » à l’approbation de notre direction afin que celui-ci soit redistribué au personnel au prorata des heures travaillées. Attendu que la dernière fois qu’un client a généreusement récompensé mon travail d’un sac contenant 3 bouteilles de rouge et une boite de chocolats je l’ai remis à ma direction et je ne l’ai jamais vu redescendre du bureau de la coordonnatrice aux RH. Cette fois, pour moi, c’était clair : hop hop hop, dissimulation.

Mais, dans mon dos : mon chef.

Un petit tour de passe-passe exécuté avec maestria me permis de glisser le sac magique le long de ma hanche afin d’épouser la courbe de ma jambe. Une fois terminé le discours de la cliente antipathique, je me suis précipité dans le bureau en arrière afin d’y déposer mon trésor et de le dissimuler durablement aux regard aux aguets en le déposant entre deux boites en carton. Pauvre bouteille, quel destin ! Se retrouver ainsi aux côtés du menu fretin, pouah !

C’est ainsi que j’ai oublié le cadeau et que je suis parti travailler dans le laboratoire. Deux heures plus tard, un soubresaut de conscience me rappela sa présence et je couru à toute berzingue récupérer mon cadeau afin d’ôter à quiconque le plaisir de m’en priver. Tel un ninja de pacotille je franchis tous les pièges, je déjouai toutes les épreuves et la bouteille atteignit enfin mon coffre fort. Mon casier dans la salle des employés.

Ouf.

Et me voici, là, maintenant, dégustant mon Mouton-Cadet 2010 avec mon plat de pâtes-tomates-oignons à 10 balles.

C’est pas beau la vie ?

-Y

%d blogueurs aiment cette page :